Il n'est pas animal, pas végétal et pas minéral... C'est le myxomycète !


Myxomycète, fructification de forme Sporocarpes, Espèce :Trichia varia immature

Myxomycète en haut phase plasmode mobile et en bas phase fructificative immobile forme Aethalium, Espèce : inconnue !

Myxomycète, fructification de forme Aethalium, Espèce : inconnue

Myxomycète, phase plasmode mobile, Espèce : inconnue

Les myxomycètes vous connaissez ?

Laissez-moi vous présenter l’inclassable myxomycète. Prenez le temps de le découvrir, c’est un petit être qui en vaut la peine… C’est LINK en 1833 qui est le premier à utiliser le terme « Myxomycètes » c’est-à-dire "champignons glaireux" pour les désigner.

Maintenant, qu’est-ce qu’un myxomycète ? Un végétal ? Mais qui n’a ni racine ni chlorophylle. Un animal ? Il se déplace, se nourrit de bactéries de champignons et de débris végétaux, mais il ne possède qu’une cellule, il est unicellulaire. Un champignon ? Comme eux sa reproduction se fait à partir de spores, mais il est dépourvu de mycélium.

Visqueux, informes dans sa phase plasmode, chassés du monde des champignons dans lequel ils ont été longtemps rangés, les myxomycètes sont aujourd’hui classés dans la famille des protistes. C’est-à-dire qu’ils font partie des organismes eucaryotes (dont les cellules possèdent un noyau), mais qui ne sont ni des végétaux, ni des animaux, ni des mycètes (champignons). Spécial pareil !

Dans la nature, on le rencontre principalement sous deux phases ; une mobile (phase végétative) appelée plasmode et une immobile (phase reproductive) appelée fructification.

La phase mobile ressemble à une ramification de veines ou à une masse gélatineuse. Pendant ce stade, le myxomycète se déforme et se déplace sur son support dans le but de découvrir de la nourriture, modifier ses conditions hydrométriques ou pour accéder à plus ou moins de lumière. Comme les amibes, il se nourrit par phagocytose, c’est-à-dire qu’il enveloppe sa nourriture de son corps et l’absorbe en la digérant. Très lent, de 1 à 5 cm à l’heure, il semble pulsé, comme un cœur qui battrait très très lentement durant ses déplacements.

La phase immobile elle se rencontre sous 4 formes de fructifications différentes :

  • Sporocarpe (avec ou sans pied)

  • Plasmodiocarpe (ressemble à un réseau de plasmode rigide)

  • Aethalium (agglutination des sporocarpes perdant toute individualité)

  • Pseudoaethalium (agglutination de sporocarpes individualisés)

Tous les types de fructifications ont en commun les caractéristiques suivantes. Grossièrement, elles sont formées d’une enveloppe remplie de millier de spores et chacun de ses spores, s’il trouve les conditions nécessaires, peut redonner un nouveau myxomycète.

Vous voilà donc initié au stupéfiant monde des myxomycètes, belles découvertes !

À considérer avant de partir à la recherche des myxomycètes :

  • Après une période pluvieuse, quand l’humidité diminue, c’est le meilleur temps pour tenter votre chance.

  • Ils sont beaucoup moins actifs en-dessous de zéro ou pendant des périodes sèches.

  • Déplacements lents, bien regarder sous la matière en décomposition, débris de bois mort très décomposés de feuillus et de conifères. On les trouve aussi sur l’herbe, la mousse, la litière forestière de feuilles ou d’aiguilles mortes. Certaines espèces émergent de la litière, d’autres sont à l’intérieur de la couche. L’utilisation d’une loupe peut-être très agréable pour bien observer vos découvertes. Les arbres vivants colonisés par différents bryophytes et lichens sont aussi de bons lieux de prospections.

  • Il existe même des espèces nivales qui se développent sous la neige.

#foretboreale #myxomycetequebec #naturequebec #quebecphotogravie

Posts à l'affiche