Notre adresse

Contactez nous

1242 Boul. Marcotte

Roberval (Québec)

Canada, G8H 2P2

TEL:    1 418 515-4616

E-MAIL:  quebecphotogravie@gmail.com

Nous acceptons

Show More

Suivez nous

  • Facebook Reflection
  • Instagram

© 2012-2020 Québecphotogravie, Tous droits réservés

Notions de base : chasse photographique

 

Se fondre dans la forêt boréale (voir sans être vu, entendu et senti)

 

Parvenir à tromper la vigilance d'un animal sauvage, est à mon avis un plaisir en soi. Pour y arriver, un certain nombre de points doivent être considérés. Toujours craintifs vis-à-vis de l'homme, rares sont ceux qui se laissent approcher facilement. Il est nécessaire de recourir à certains stratagèmes afin d'atténuer sa présence visuelle, mais aussi sonore et olfactive.

 

  • Le point le plus important est sans contredit : Briser la silhouette humaine.

 

Cette notion de base est fondamentale, l'homme est le seul animal qui porte des vêtements. Cette singularité se traduit par un visage toujours et très visible. Les animaux ne sont pas dupes, ils ont depuis longtemps fait un lien entre visage humain et danger. Donc un bon moyen de briser ce lien est le port de pièces de vêtements de couleurs neutres qui font disparaître ou du moins s'estomper ce visage tellement humain. Porter une cagoule ou un filet de camouflage, un filet à moustiques ou un chapeau à larges bords, ne garantira pas la réussite de l'entreprise mais ne nuira certainement jamais. Une autre caractéristique de l'humain, ce sont ses mains. Porter des gants qui ont des tons neutres ou de camouflage favorise aussi à briser la silhouette humaine. Si en plus vos gestes, vos déplacements sont lents et posés, vous devenez de plus en plus l'environnement, vous êtes donc de moins en moins un humain dans leur environnement. Vous êtes perçus, mais pas comme un danger.

 

  • Pour ce qui est de la présence sonore et olfactive : Être le moins agressant possible.

 

Il est utopique de penser qu'il est possible de se déplacer en forêt sans faire aucun son, tout comme il l'est de penser n'avoir aucune odeur. La règle d'or, c'est d'être le moins agressant possible, tant au niveau du bruit que de l'odeur. Les animaux sont dans une certaine mesure habitués aux bruits et aux odeurs humaines, et les tolèrent quand même bien. La forêt est un lieu où les bruits sont omniprésents, le vent dans les arbres, une branche qui tombe ou un autre animal qui passe... Les sources de bruit sont infinies, mais elles ne sont pas toutes perçues comme un danger. Pour être perçus comme dangereux les bruits doivent être directement reliés à l'humain, cris, paroles, avoir une source métallique ou synthétique (frottement du nylon sur du nylon...). Et encore chaque type d'animaux a ses seuils, et chaque animal a les siens propres. Pour les odeurs c'est semblable.

 

 Autres points à considérer

 

  • Toujours éviter de se déplacer directement vers un animal,

  • Ne jamais regarder un animal dans les yeux (contact visuel direct),

  • Toujours se déplacer de façon lente et posée,

  • Alterner les phases de déplacement et d'écoute,

  • Toujours attendre quelques instants, suite au mouvement d'un animal. Avant de corriger sa posture ou la position du matériel.

 

Le respect des quelques points abordés dans cette page, vous permettra je l'espère d'atteindre le but de tout photographe animalier.

 

Saisir la beauté de la vie animale dans son environnement naturel